Encore des temples – Chiang Rai et Ayutthaya

Pour rallier Chiang Rai depuis Chiang Mai, notre hôte nous commande un taxi-bus qui nous conduit jusqu’à la gare routière ARCADE, bus station 1 (140 B par pers. le trajet jusqu’à Chiang Rai). Chiang Rai se trouve tout au nord du pays, et c’est peut-être bête, mais si on a décidé de s’y rendre, c’est uniquement pour voir de nos yeux le Wat Rong Khun ! Mais si, vous savez, le fameux temple blanc ! Blanc pour symboliser la pureté du bouddhisme, et aussi incrusté de morceaux de miroir pour suggérer la réflexion de l’illumination. Une multitude de créatures étranges, souvent effrayantes, parsèment les alentours du temple; il faut même traverser une marée de mains tendues pour atteindre l’entrée.

Bref, un temple tout ce qu’il y a de plus inhabituel (et encore, on ne vous a pas dit ce qu’on y trouve à l’intérieur ! On vous laisse le découvrir par vous-même !).

L’hôtel où l’on a réservé est un peu excentré. On décide d’y aller à pieds, en suivant le GPS qui, comme ça arrive souvent parfois nous indique la direction opposée… Une engueulade et quatre kilomètres plus tard, on y arrive enfin: Baan Nukanong Guesthouse, 260 B (env. 6€) la nuit en chambre double avec salle de bain. On a pas prévu de s’éterniser, deux nuits suffiront.

Pour aller au temple, il faut se rendre à la gare routière et demander de quel quai part le bus de ville (20B/pers.). Très gentiment, la personne à qui l’on paye le ticket à l’intérieur du bus nous indique notre arrêt. On aperçoit rapidement le temple. L’entrée est gratuite, et il est juste posé là, en bord de route. D’une blancheur littéralement éblouissante, le Wat Rong Khun est impressionnant et surprenant.[tweetthis]D’une blancheur littéralement éblouissante, le Wat Rong Khun est impressionnant et surprenant. #WatRongKhun[/tweetthis]

Après Chiang Rai, on reprend la route pour Bangkok (et oui, on y revient toujours !) en faisant escale à Ayuttaya. Pour cela il faut se rendre à la gare, station 2 (il y a une navette qui relie la station 1 et la station 2, à 15B/pers., mais il faut attendre qu’elle se remplisse pour pouvoir partir. Le bus pour Ayuttaya (637B/pers.) part à 8h30; autant dire qu’il faut se lever tôt et anticiper le remplissage de la navette pour arriver à l’heure ! Le trajet est long, toute la journée, et quand on arrive avec notre tuk-tuk, l’hôtel est fermé (il est 21h30). Heureusement, comme on les avait prévenus d’une arrivée sans doute tardive, quelqu’un est là pour nous attendre ! Le Good Morning by Tamarind (attention il y a un autre établissement qui porte sensiblement le même nom) est un peu plus cher que ce qu’ on a l’habitude de réserver mais c’est le seul qu’on a trouvé avec de bons retours (et mêmes de très bons!). A 522B la nuit en chambre double avec salle de bain, la déco est plus poussée. Des parapluies sont suspendus au plafond. Il y a une petite ambiance zen qui n’est pas pour nous déplaire et… du thé, du café, des biscuits et des bananes à volonté ! On vous le recommande chaudement.

umbrellas

Ayutthaya, pourquoi ? Eh bien pour ses temples ! Et oui, encore ! A la façon d’un petit Angkor, la ville a son parc historique qui compte quelques temples khmers; l’occasion de nous rattraper un peu de notre visite écourtée à Siem Reap ! Un autre point positif de notre hôtel: il se trouve juste à côté ! On loue des vélos à notre hôte (50B /pers. la journée), car cette fois-ci, le parcours est tout à fait adapté à une visite à vélo. Il n’y a qu’à suivre une piste dallée, et la balade est agréable. Par contre ici, chaque temple est payant. On paye 50B/pers. pour le premier temple, le Wat Phra Ram.

Arrivés au deuxième temple, le prix est le même, mais on se rend compte que les tickets sont aussi identiques… on se dit donc qu’on peut entrer. Mais un garde nous refoule; on lui montre nos tickets, il nous dit en gros qu’il sait que c’est mal fait puisque les tickets sont les mêmes, mais qu’on doit vraiment repayer pour entrer. On s’exécute en restant sceptiques. Les temples sont beaux, mais plus aérés, je dirais même… dépouillés… Quand on arrive devant l’entrée du plus grand, le Wat Chai Wattanaram, dont le ticket est deux fois plus cher, on se contente de l’admirer de loin.

On commence à avoir bien chaud, il est temps pour nous de rentrer. En bord de route, dans la végétation, surprise ! On aperçoit deux sortes de varans de près d’un mètre de long ! Pas de chance, Adree n’a pas le temps de dégainer l’appareil photo qu’ils disparaissent déjà. Même si l’on a pas vu tous les temples, on est plutôt content de notre journée. Il faut dire qu’au bout d’un moment, pour nous un temple ressemble à un autre, et on a plus besoin d’en voir plus. Le bon emplacement de notre hôtel se vérifie une fois de plus: il n’y a qu’à traverser la rue pour prendre l’un des vans qui partent pour Bangkok (65B/pers.).

Le lendemain c’est donc reparti pour la capitale.

Je partage sur Google Plus

4 Comments

  1. Super récit , j’ai l’impression de revivre mon voyage. Le temple blanc est une merveille. Un souvenir inoubliable.

  2. COUCOU, BONJOUR,

    Je n’avais jamais entendu parler, ni vue dans aucun documentaire ce temple de WAT RONG KHUN. C’est surprenant, effrayant, fantasmagorique. Qu’a-t-on voulu signifier ? Cela rappelle un charnier.
    Bises.

  3. Je trouve ces temples blancs d’une beauté incroyable…

  4. Quel site magnifique ! Presque irréel, et je comprend que vous ayez fait le détour pour le voir ! Les hommes savent créer des merveilles !!

Répondre à LadyMilonguera Annuler la réponse.