Chiang Mai et le Doi Suthep

Un dicton thaïlandais dit que « si vous n’avez pas vu le point de vue de Doi Suthep, vous n’avez pas été à Chiang Mai« .

Chiang Mai, à 800 kilomètres de Bangkok, parmi les plus hautes montagnes du pays, est la capitale de la Thaïlande du Nord, et la deuxième ville d’importance après Bangkok.

Le centre de Chiang Mai, appelé Carré comme sa forme, est the place to be; en tout cas the place où vont tous les touristes…et où l’on attérit.

Depuis Bangkok, le transport le moins cher que l’on a trouvé, vendu par une agence au pied de notre hôtel, a été de 350 B/pers. (env. 9€) plus 50 B/pers. (env. 1,30€) pour un taxi obligatoire jusqu’à notre guest house (Sindy guest house, chambre double avec salle de bain, 300 B/nuit soit env. 8€). On découvre un nouveau type de transport, les sorng-taa ou taxi collectifs, que l’on a rebaptisés taxi-bus.

Chiang Mai est une ville tranquille, plus reposante que Bangkok ! Plutôt mignonne, elle regorge de temples que nous ne visiterons pas: on avoue avoir notre dose. Les samedis et dimanches soirs a lieu le marché de nuit qui draine beaucoup de touristes, on avance à la queue leuleu ! Mais on doit dire que c’est un marché très sympa quand-même, avec des stands encore inédits. De la nourriture, de l’art, des babioles…et du jamais vu jusque là ! On se régale avec une sorte d’omelette aux légumes avec du riz. Il y a même des sushis ! Et pour dessert, de grosses gauffres fourrées au chocolat (où à ce que l’on veut).

On décide d’aller s’aventurer dans la forêt, sur le fameux mont Suthep. Il parait que le temple Doi Suthep et la vue sur la ville sont à voir. Après s’être renseignés sur les transports (50B/pers./trajet en taxi-bus – il faut attendre qu’il soit plein pour pouvoir partir); on choisit de louer un scooter pour 200 B (env. 5€) la journée. Le GPS est en marche, c’est parti ! J’appréhende un peu la circulation mais Adree se débrouille très bien, et une fois hors de la ville, il n’y a presque plus de traffic. La route pour arriver au mont Suthep est agréable, on se sent tout petit, entouré de pics karstiques. La route monte, mais on est à l’ombre et ça fait un bien fou ! Une fois à l’entrée du temple, on se rend compte que louer un scooter était vraiment ce qu’il y avait de mieux à faire. Toute une file de taxis-bus attend les touristes pour les happer au passage. L’entrée qui mène au temple compte 300 marches et coûte 30 B/pers. Si vous voulez suivre les Chinois et prendre l’ascenseur, ça vous fera 50B/pers.; mais franchement, ces 300 marches on les a pas vues passer, et je dis pas ça parce qu’on en avait déjà grimpées 60 000 ! C’est tout à fait faisable. Le temple est joli, mais la ville que l’on surplombe est trop dans la brume pour qu’on puisse en apprécier  la vue. Ca se bouscule au portillon. On redescend en espérant trouver à manger parmi la multitude de bouis-bouis qui borde la route, mais il n’y a pas grand-chose pour nous: ce sera de petits oeufs semblables à des oeufs de caille !

On remonte en scooter pour essayer de trouver un village Hmong un peu plus loin. Les Hmongs sont un peuple qui vit reculé dans les montagnes. Enfin, en principe… On savait pas trop si on allait trouver et puis on a carrément vu des panneaux qui l’indiquaient… On arrive dans un village qui semble abandonné, si ce n’est les deux-trois bouis-bouis à l’entrée et une pauvre âme qui radote dans son coin. On s’aventure un peu plus en profondeur dans le village fait de maisons en taules, mais franchement on n’est pas très à l’aise…un peu comme des voyeurs ou tout simplement des touristes qui arrivent après le spectacle, appareil photo autour du cou… On retourne à l’entrée manger des nouilles et mettre de l’essence. Pour la rencontre du troisième type, on repassera ! Et on continue notre route vers des plantations de café et d’arbres fruitiers (parait-il qu’il y a vingt ans c’était du pavot et de l’opium). La route devient vite un chemin défoncé et peu confortable en deux-roues. On n’a pas dû choisir la bonne saison, les champs qu’on traverse sont secs, même si une petite averse vient nous raffraîchir. On finit par arriver au lac Huay Ting Tao, qui marque le retour à la civilisation ! De nombreuses familles sont tranquillement installées au bord de l’eau dans de petites cabanes en bois, avec juste un toit. Super endroit pour pique-niquer ! On se repose un moment et on rentre: on est finalement très proche de la ville.

On décide de notre prochaine étape: Chiang Rai !

Je partage sur Google Plus

5 Comments

  1. Bel article et belles photos, un coin vraiment « local » !

  2. les temples sont vraiment très beaux!!! Peut être qu’un jour on ira y faire un tour 😉 Belles photos et chouette texte comme dab 😀 Bisous

  3. BONJOUR,
    Que de profusion de décos. Et cette escalier majestueux, royal. Et ces couleurs. Il faut passer beaucoup de temps pour regarder les détails.
    Bonne continuation.

Laisser un commentaire