De passage à Hanoi

Nouveau pays, nouvelle excitation.

Après deux mois de Chine, on a besoin d’autre chose. Même si on a vu des aspects du pays très différents les uns des autres, on est curieux d’aller voir ailleurs : le Vietnam. On ne veut plus de ciel gris et de couverture pour dormir. On veut la mer et de la chaleur. Notre séjour au Vietnam se fera donc essentiellement sur les plages.

On a repris contact avec nos amis anglais de Mongolie, Nick et Sarah, pour faire la baie d’Halong ensemble. A ce moment-là ils sont au sud du pays, il est convenu qu’ils nous rejoignent à Hanoï trois jours après notre arrivée.

De Ningbo, le train nous amène à Nanning (environ 400 ¥ soit 60€ par personne). On y passe une nuit avant d’enchaîner avec un car pour passer la frontière vietnamienne. On prend les billets directement à la gare routière, 168 ¥ chacun soit environ 25€. En fait le prix comprend le trajet entier jusqu’à Hanoï, mais il y a un changement de car arrivés à la frontière. C’est plutôt bien organisé, on nous remet des collier pour savoir où on va et être pris en charge. On reste néanmoins bloqué presque une heure à la frontière côté chinois parce qu’Adree a un nom d’usage stipulé sur son passeport, du genre XXX usage XXX, et ça, les Chinois comprennent pas ! Par la suite, on mettra carrément XXX usage XXX sur les papiers où on nous demande nos noms, et ça passera très bien ! Heureusement quand on arrive enfin à sortir du territoire chinois, il y a toujours une navette pour nous emmener jusqu’au poste frontière vietnamien. RAS, on enchaîne avec le deuxième bus.

Le paysage change carrément pendant notre trajet. On voit nettement qu’on entre dans un autre pays, on est entouré de jungle et on aperçoit au loin les fameuses pointes karstiques. L’excitation est à son comble ! On arrive à Hanoï en fin de journée.

Capitale du Vietnam, Hanoï est la deuxième ville la plus peuplée du pays avec 7 millions d’habitants, dont presque 3 en centre-ville. Elle est capitale de l’Indochine française de 1902 à 1954, de la République démocratique du Vietnam jusqu’en 1976, et enfin de la République socialiste du Vietnam depuis la fin de la Guerre du Vietnam. Centre universitaire et culturel, elle compte en outre les principaux musées du pays. Hanoi est jumellée avec Toulouse !

J’ai commis l’erreur de réserver trois nuits en avance, notre hôtel est une horreur. Des champignons (des vrais !) poussent sur les murs de notre chambre (ah ah, quand j’y repense maintenant ça me fait bien rire! ), le personnel regarde une sorte de karaoké jusqu’à minuit passé et le matin, chacun se lève en reprenant les chansons de la veille… Le petit-déjeuner, compris dans le prix (11 euros la nuit, sur Internet), n’est vraiment pas terrible, chimique au possible avec son « jus » d’orange en poudre… Bref, on ne vous recommande pas du tout le Hanoi Summit Hotel !

Deux jours à Hanoï, deux jours de pluie. On est dans le vieux Hanoï qui a un certain charme, mais qui provoque aussi un certain choc : les trottoirs sont inexistants, et quand il y en a ils servent de parking aux deux roues. Et les deux-roues, il y en a partout ! Un flot continu qui s’écoule dans les rues, et auquel les piétons doivent bien faire attention ! Côté nourriture, on est étonné mais content de retrouver de la Vache qui Rit et une copie de notre baguette un peu partout ! On essaie un restaurant de la chaïne Loving Hut découverte à Oulan Bator, mais on est déçu. Heureusement on trouve de quoi bien manger quand-même !

On admire la tour de la tortue sur le lac Hoan Kiem, entre les gouttes. On visite le musée sur Ho Chi Minh, très ludique (entrée environ 1 €!) en passant devant son mausolée.

On découvre qu’il y a un hôpital français dans la ville, donc avec des médecins français (ça peut être bon à savoir !).

Une mise en garde: même à l’Office du Tourisme, on vous dira qu’il n’y a pas de bus. Pas de bus pour aller au musée, pas de bus pour aller à l’hôpital, pas de bus pour aller à la gare… drôle de ville, hein ? Par contre, vous êtes touriste, prenez un taxi il y en a plein ! Evidemment il y a bien-sûr des bus comme dans toutes les capitales ! Suffit de savoir lequel va où… et ils coûtent bien-sûr dix fois moins chers qu’un taxi. Ce seront les prémisses d’une des caractéristiques du pays (dans les coins touristiques en tout cas) à prendre les touristes pour des dollars ambulants, ici plus qu’ailleurs…

Le troisième jour on file dare-dare de notre hôtel moisi pour aller 150 m plus loin, au Old Quarter Cyclo Hotel, au même prix et beaucoup mieux ! On part ensuite accueillir Nick et Sarah à la gare. Ca fait plaisir de se revoir ! Ils nous apportent le soleil, ce qui nous redonnent l’espoir de pouvoir profiter de la baie d’Halong… On demande à l’hôtel les prix pour le trajet, puis on part comparer à la gare routière de Luong Yen ( à pieds parce qu’on ne trouve pas quel bus prendre!) Sans trop de surprise le tarif proposé est plus intéressant que celui de l’hôtel. Au départ de la gare, le ticket combo bus (jusqu’à Hai Phong) – bateau (jusqu’à Cat Ba) – bus (centre de Cat Ba) est à 220 000 dongs par personne, soit environ 9,50 €, pour un trajet total de cinq heures. On réserve pour le lendemain matin.

Le bus part à 7h15, comme on a nos sacs, on décide de prendre un taxi cette fois. Le fameux taxi que tout le monde nous pousse à prendre et qui en plus ne veut pas mettre son compteur ! Comme il n’y en a pas tant que ça à cette heure-ci, on est obligé de négocier avec lui pour 80 000 dongs… et en fait en roulant on se rend compte que le compteur est bien en marche ! Et quand on arrive il affiche 60 000 dongs… pas assez contents qu’on nous pousse dans leurs voitures ils en rajoutent en plus pour nous arnaquer… ça donne vachement envie de prendre un taxi leurs histoires…

Un café plus tard, on monte dans le bus. Le chauffeur part à 7 heures, soit un quart d’heure plus tôt que ce qui était prévu (et les horaires sont affichées!), manquant d’oublier la femme d’un passager, pour qui on a dû batailler à plusieurs pour qu’il accepte d’attendre deux minutes de plus le temps d’aller la chercher ! On a pas trop compris là ! Donc soyez en avance et surveillez votre bus, même si ce n’est pas l’heure !

Allez hop, on croise les doigts pour que le beau temps se maintienne et en avant pour la baie d’Halong !

Je partage sur Google Plus

5 Comments

  1. L’article nous met en bouche pour la fameuse baie d’Halong ! Vivement le prochain article et les photos biensûr !

    • Héhé on y travail dur… Pour ne pas vous décevoir! 😉

  2. NINJA
    Bonjour tous deux. Evidement, moi, je n’ai pas eu tous ces problèmes car je suis partie en voyage organisé et dormi dans des hôtels fabuleux. C’est effrayant cette circulation de vélos. Pour traverser les rues, le guide nous disait : traversez tranquillement sans problème, les véhicules vous éviteront.
    Oui, oui, il faut le faire. Le matin, les vietnamiens se lèvent très tôt et avant d’aller travailler, ils font tous de la gymnastique partout, sur leur balcon, dans les rues. Sur la place du mausolée, c’est un vrai spectacle. Il faut le voir. Ils ont raison, c’est pour ça qu’ils ont ce côté cool. La baie d’halong, c’est un ravissement mais il ne faut pas de brouillard. Personnellement, j’en ai un bon souvenir du Vietnam.
    bonne continuation.

  3. Grrrr toujours ce souci de l’étiquette  » pompe à fric »
    Les champignons , vous les avez mangés j’espère?!

    • Beurk… Lol! Oui, c’était que le début question rapport touristes – dollars. Les derniers jours en Indonésie et Asie que nous vivons actuellement nous pèsent sur ce point…

Laisser un commentaire