La fin de notre séjour en Chine

Couchsurfing royal à Canton

On part de Kunming des couleurs plein les yeux. Direction Canton ! (en train, couchettes hard sleeper pour 223 ¥ par personne, environ 33 €).

Cette fois-ci, on a lancé des demandes de couchsurfing. Le premier à nous répondre est Francis, et sa réaction nous surprend : il est absent jusqu’après les fêtes de fin d’année, mais il a un ami qui peut nous ouvrir les portes de son appartement ! On trouve ça un peu bizarre, mais il insiste et nous donne les coordonnées de son ami Alexis pour qu’on prenne contact avec lui. Celui-ci nous envoie l’adresse en chinois à montrer au chauffeur de taxi. Prendre le taxi nous emballe moyen mais on a peut-être pas le choix… (en fait si, il y a une bouche de métro pas loin de chez Francis ; ce qui nous aurait coûté dix fois moins cher ! Ce n’est pas la première fois qu’on nous conseille le taxi au lieu du métro, soit les gens pensent que c’est plus simple – ce qui n’est pas toujours vrai, et puis on en a pris des métros ! – soit ils n’ont pas vraiment pas compris qu’on voyageait en mode économique…)

C’est notre premier taxi chinois (et même taxi tout court !) et ce n’est qu’en roulant qu’on s’aperçoit que le compteur ne tourne pas. On lui demande de le mettre, il répond qu’il est cassé (l’excuse qu’on entendra encore à maintes reprises dans les pays suivants), et que ça fera 80 ¥. On lui dit que s’il n’y a pas de compteur on ne paiera pas. Avec le GPS on essaie de calculer le nombre de kilomètres et de se faire une idée du prix juste ; pendant ce temps le chauffeur galère à trouver l’adresse ! Il va jusqu’à demander à un autre taxi et même à un passant ! Au final on tourne pendant 20 bonnes minutes et on lâche l’affaire pour les 80 ¥…

On est dans un beau quartier, on commence à fantasmer sur l’appart’ qui nous attend… Après quelques va-et-vient on retrouve enfin Alexis et sa femme et on les suit. Ils sont mexicains et vivent depuis quelques années en Chine. Très sympathiques, ils nous emmènent chez Francis, au 26e étage d’un immeuble. C’est le soir, la ville est illuminée, et on a sans conteste la plus belle vue du voyage depuis notre chambre à coucher !

Alexis nous dit de faire comme chez nous, on convient de se revoir et nous voilà seuls. On appelle Francis par Skype pour faire un peu plus connaissance et poser quelques questions d’ordre pratique. On a pour mission de vider son frigo, et qu’est-ce qu’on y trouve ? Des restes de fromages ! Le saint Graal, on est aux anges. Une telle aubaine est incroyable, on se retrouve quasiment « chez nous », avec une cuisine, un bar à en faire pâlir plus d’un, un projecteur sur grand écran en guise de télé, une chambre avec vue incroyable et un lit mou… Un lit mou, en Chine, vous savez ce que c’est ? C’est l’inespéré, l’Arlésienne, on en rêve, on en parle, mais on ne le trouve jamais ! On a rajouté une troisième nuit (et Francis nous disait même de rester jusqu’à son retour ! Si on n’avait pas été attendu ailleurs, on aurait accepté sans problème!!)

De Canton, nous n’avons presque rien vu, mais qu’est-ce que ça nous a plu ! 🙂 On passe trois jours supers dans l’appartement de Francis. C’est aussi la première fois que l’on voit et goûte au fameux pitaya ou fruit du dragon.

Passage à Shanghai

Finalement nous ne reverrons plus Alexis qui ne viendra pas au rendez-vous fixé et ne donnera plus de nouvelle ! On ne sait pas ce qu’il s’est passé… C’est le coeur lourd que nous nous dirigerons vers Shanghaï. On ne s’y attarde pas, trop grand, trop de monde… juste le temps d’y laisser nos passeports pour notre demande de visa vietnamien, et de passer une bonne soirée avec ma copine chinoise Ruchuan, connue à la fac.

Les fêtes de fin d’année à Suzhou

On repart pour Suzhou, où mon autre copine chinoise Tingye (prononcez « tinié ») nous attend.

Tingye je l’ai aussi connue à la fac, on a fait le master FLESM ensemble. Depuis elle était repartie au pays et enseigne donc le français, dans une école privée. Je lui avais dit qu’un jour je viendrai la voir ! Et c’était bizarre de se retrouver, deux ans plus tard, en Chine ! Elle nous accueille chez elle à bras ouverts.

On en profite pour se faire plaisir ! Adree se met aux fourneaux (Tingye nous avait dit qu’elle avait un four… on a cru que c’était une blague, puis le genre de cadeau qu’on reçoit en remerciement d’une commande sur un site en ligne… en fait non, c’était bien son four, enfin, un toaster plutôt…!) et c’est parti, à nous les minis baguettes et pizzas maison!!

Quand elle ne travaille pas, Tingye découvre la ville avec nous (elle a emménagé deux semaines avant !) On trouve Suzhou plutôt sympa avec son côté moderne et design et son quartier traditionnel si mignon !

Ici, en Chine, on entend parler de Noël depuis un moment (décos et Pères No sont de sortie!) mais Tingye nous dit que les Chinois ne le fêtent pas vraiment. Malgré ça, tout ce qui peut faire marcher les commerces est le bienvenu en Chine… A quand Pâques? 😀 Pour nous, Noël reste Noël, même si c’est la première fois qu’on a un peu l’impression de passer à côté ! Qu’importe, bridé ou pas, le bonhomme rouge passera pour tout le monde ! De passage, un ami de Tingye vient réveillonner avec nous et apporte une bonne bouteille de rouge Chinois.

Pour le 31 décembre, nous avions prévu de retrouver une autre copine à moi (mais française, cette fois!), Emilie,  à Shanghaï. Mais au dernier moment Tingye a dû travailler et nous avons annulé. De son côté, Emilie ratera son train ! Un mal pour un bien : le lendemain on apprendra qu’il y a eu un bain de foule immense à Shanghai, avec bousculades et piétinements, et que des personnes en sont mortes… On passe le réveillon tranquillement (il n’est pas spécialement fêté non plus en Chine, puisque le nouvel an chinois cette année était le 19 février !). Le lendemain, on part se balader dans le quartier moderne de la ville, après que Tingye nous a régalé avec un délicieux repas cuisiné exprès pour nous !

On fait un aller-retour à Shanghai quand-même (le train est plus rapide et moins cher que le bus ! environ 4 € aller-retour) pour récupérer nos passeports et nos visas pour le Vietnam.

On passe ensuite cinq jours au sud de Shanghai, à Ningbo, en compagnie d’Emilie, elle aussi prof de français mais dans un campus. Pendant ce séjour, peu de visite car le campus était excentré, mais on a appris plein de choses sur l’éducation à la chinoise… On vous en reparlera plus tard !

Ces dernières semaines à côtoyer des personnes que l’on connaissait déjà nous ont fait beaucoup de bien, et honnêtement, sans elles nous aurions sans doute quitté la Chine plus tôt. C’est évidemment un pays à voir, pour toute sa richesse culturelle et architecturale, les Chinois ont globalement été très accueillants, mais il n’empêche que leur culture et leurs comportements sont très différents  de ce dont on a l’habitude en Europe ; et après deux mois d’immersion, on était quand-même content de voir autre chose !

Nous avons fait pas mal de rencontres durant ce séjour et cela nous a énormément apporté, tant sur le plan culturel que sur le plan humain. On a beau dire, les voyages sans les rencontres, ça reste assez superficiel finalement.

Vous pouvez retrouver ici et quelques questions posées à mes copines à propos de leur expatriation (en France pour Tingye et en Chine pour Emilie).

Je partage sur Google Plus

7 Comments

  1. vous me faites rêver encore ! C’était comment le fruit du dragon ? très belles photos de Canton en tout cas 🙂

    • Le fruit du dragon… Un aspect qui te fait imaginer des saveurs exceptionnelles ! Et finalement que très peu de goût, tu prends un kiwi tout fade c’est pareil. Ca n’a rien de mauvais mais ce n’est pas transcendant! Merci pour les photos, on va continuer à vous faire tous rêver pendant encore un bon moment… 😉

  2. très bon article qui parle de vos rencontres amicales c’est bien 🙂 Belles photos d’endroits et de vous bisous

    • Merci la poule! 😉

  3. Un article très intéressant car vous avez cotoyé des chinois, les échanges ont dû êtres plus intéressants. Vous avez eu de la chance de pouvoir profiter d’un bel appart et d’une super vue sur la ville. Mais il y a « un monde » entre la France et la Chine !

  4. NINJA

    Il y a de quoi s’y perdre avec les célébrations de Noël. J’y comprends rien. Moi, j’ai bien fêté un Noël, le 3 octobre 1995 à l’Ile aux Coudres, au Canada. Comme le patron de l’hôtel ferme ses portes fin octobre et ne revient qu’après l’hiver alors, il a décrété de le fêter avant l’heure. Les touristes retraités canadiens y reçoivent un cadeau. Comme c’est original.
    Je confonds le fruit du dragon avec le fruit qui pue, je ne me souviens plus du nom. Bises.

    • AH ah pas mal le coup des fêtes en avance!
      Le fruit qui pue c’est le durian, on en parlais ICI, c’est vrai qu’il est bizarre celui-là!

Laisser un commentaire