La montagne de Xishan à Kunming

Après notre sport au Mont Emei, le programme est de descendre vers le sud, dans l’idée de rejoindre Canton. Mais comme ça fait un peu loin, c’est un peu par hasard qu’on décide de s’arrêter à Kunming.

Kunming est la capitale de la province du Yunnan. Surnommée « ville du printemps éternel » à cause de sa soi-disant température modérée toute l’année, on est déçu : c’était loin d’être le printemps et on s’est bien gelé !

On est très bien reçu à l’auberge de jeunesse Kunming Glad Inn (25 Yuans par personne, soit environ 4€, en dortoir de six). Sur les lits, d’épaisses couvertures en velours : le ton est donné, on ne va pas avoir chaud ! Et on réalise que l’établissement est grand ouvert, sans cloison qui sépare de l’extérieur… avec une terrasse très sympa, mais sûrement plus agréable en été !

La ville en elle-même ne nous intéresse pas trop, on préfère se diriger vers la montagne Xishan et son lac. Le bus pour s’y rendre, le 9 je crois, coûte 1 ¥ (une misère! ). En sortant du bus, on s’oriente mal et se retrouve en fait dans une sorte de parc touristique, où sont représentés les 19 éthnies qui peuplent la Chine (hé oui, les Chinois ne sont pas tous pareils ! 😉  ), en habits traditionnels. Cela peut être intéressant, mais il y avait beaucoup de monde, on a eu peur du prix (environ 20€ par personne) et que ce soit trop touristique.

Pour aller jusqu’au pied de la montagne, on a traversé le parc Daguan (10 ¥ par personne) au bord du lac. Les touristes chinois ne se sentent plus de joie devant les pigeons et Adree devant les mouettes !

On compte monter la montagne à pieds, on cherche les fameux escaliers dont j’ai entendu parler. On suit la route, on cherche à droite, à gauche, on demande, et au bout d’une heure on abandonne : direction la télécabine (30¥ chacun)! On scrute le flanc de la montagne mais rien n’indique un quelconque passage. Ce n’est qu’une fois arrivé qu’on peut se situer sur un plan et voir qu’effectivement cet escalier existe bien, et qu’on a dû s’arrêter juste quelques mètres avant ! (Donc quand on est face à la montagne, il faut aller toujours vers la gauche pour les trouver.)

On se rend vite compte qu’il faut de nouveau payer pour emprunter la route (ou ça voudrait dire qu’on est monté seulement pour les boutiques souvenirs et les snacks…). Route que l’on peut parcourir aussi en payant une navette… Prix de l’entrée: 40 ¥. Il y a plusieurs sentiers qui se perdent dans la montagne. La vue de la route est cachée par les arbres, on essaie de prendre de la hauteur. On grimpe jusqu’à atteindre la Porte du Dragon, intérêt principal avec la vue sur Kunming. A peine arrivé, on est accueilli par une de ces flatulences asiatiques que seuls les Chinois se permettent de libérer en public et sans gêne. Cette fois-ci elle est même accompagnée d’éclats de rire.

La vue n’est pas spectaculaire, la ville n’est pas très belle et le lac a l’air sale…(en même temps on a tellement vu mieux!)

On décide d’aller plus haut. En chemin on rencontre un ado qui nous demande la permission de nous prendre en photo. On accepte et il s’en va. Mais le voilà qui revient avec cinq ou six copains qui eux aussi veulent prendre une photo bien-sûr ! Adree essaie de discuter avec eux mais ils ne parlent pas vraiment anglais ou n’osent pas. On pose en précisant « juste une », oui, une chacun quoi… et puis une avec eux… Adree est exaspéré et commence à les prendre eux aussi en photo. Ils rigolent, gênés, et on voit bien que ça leur plait pas trop ! On leur dit au revoir et on s’en va.

Arrivés au sommet, seuls Occidentaux, on a l’impression qu’on ne voit et ne regarde que nous. Je me mets à l’écart le temps pour Adree de photographier la vue.

Je me demande ce que deviennent les photos de nous une fois qu’ils les ont… Un gamin s’approche et me pose LA question. Je refuse et vais chercher Adree. Accepter pour un seul ici reviendrait à accepter pour tous ; casquettes et lunettes de soleil, on se camoufle comme des starlettes harcelées et on redescend. Cette fois-ci on prend les fameux escaliers !

Un peu déçue et n’ayant pas envie de rester sur un ressenti négatif, je cherche sur Internet un endroit qui serait à voir dans les environs. Et je trouve ! On parle de paysages multicolores, de paradis pour les photographes, de red lands… mon coeur bondit, il faut qu’on voit ça ! On demande à l’auberge de bien vouloir contacter la guest house conseillée sur Tripadvisor.

Le lendemain, c’est parti pour Dongchuan !

Je partage sur Google Plus

4 Comments

  1. mdr de vrai stars traquées par des paparazzis 😀

  2. Votre déception transpire tout au long du texte.
    L’escalier avait l’air copieux.
    Dommage, pour le côté » loupé » le soleil était de la partie.

  3. Un bel article de plus et de superbes photos. Très drôle les demandes photos des touristes chinois croisés !

Laisser un commentaire