L’ascension du Mont Emei

Au départ de Chengdu, on hésite sur notre prochaine étape : aller voir le bouddha géant de Leishan ou gravir le mont Emei ?
Sur le plan financier, on ne peut pas faire les deux, même si ce n’est pas l’envie qui nous manque. Le mont Emei est un sacré challenge, alors c’est décidé : c’est lui qui l’emporte.
Après environ trois heures de bus, nous voilà aux pieds du mont Emei,dans le village de Baoguo.

Le mont Emei est connu pour être l’une des quatre montagnes sacrées bouddhiques de Chine. Son sommet culmine à 3099 mètres d’altitude et l’on y trouve un temple d’or, un temple de cuivre ainsi que la grande statue dorée d’une déesse à plusieurs têtes. De plus, si le temps est clément, on peut voir le soleil se refléter sur les nuages, créant une sorte d’auréole appellée « lumière de Bouddha », dans laquelle certains adeptes n’hésitaient pas à se jeter autrefois, croyant que c’était un appel de Bouddha…
Pour parvenir au sommet, il y a deux options : gravir l’interminable escalier qui compte environ 60 000 marches (!) ou prendre le bus qui emmène à différents endroits, et le téléphérique qui vous dépose au sommet… Cette dernière option prend moins de trois heures.
De notre côté, si on  a choisi de venir ici, c’est évidemment pour emprunter le chemin le plus long ! 🙂 On avait lu que Novomonde avait abandonné en cours de route, tandis que Piotr l’avait fait en 24 heures !… Du coup on ne savait pas trop quoi penser, on a tablé sur trois jours en allant à notre rythme, et en dormant dans les monastères rencontrés en chemin.

A notre arrivée à Baoguo il fait déjà presque nuit et le village s’éclaire.
On pose nos affaires au Teddy Bear, auberge qui reçoit pas mal d’éloges, et on va faire un petit tour.

Malheureusement le lendemain matin au réveil… il pleut ! Déçu on reporte au jour suivant en espérant que ce sera le bon. Les 60 000 marches, on veut bien les grimper, mais faut pas abuser, hein !

Jour 1

Le lendemain le ciel est couvert, mais pas de pluie ! On croise les doigts et c’est parti, bambou en main pour s’en servir de canne d’appui.
Le bon côté du ciel nuageux c’est qu’il fait moins chaud. Le début du parcours est plutôt agréable.

L’entrée et l’achat des tickets ne se fait pas tout de suite, si bien qu’on en vient à se dire que c’est peut-être pas le bon chemin… mais point d’inquiétude, on arrive bien à l’entrée et au douloureux moment de passer à la caisse. Et là, surprise! On nous dit qu’on est en haute saison, et que le tarif d’entrée est donc de 185 yuans (environ 25 eur) par personne ! On essaie d’avoir des précisions sur cette haute saison qui nous étonne au mois de décembre, surtout qu’il n’y a personne, mais apparemment c’est bien ça jusqu’au mois de février (en basse saison le prix est de 120 y, environ 17 eur). Bon ben on paie, mais ça fait mal.

On traverse un hameau où on est dévisagé, épié, de haut en bas et de bas en haut, de face, de dos, à tel point qu’on se demande si on n’a pas quelque chose qui cloche… Au fur et à mesure que la journée avance les marches se font plus nombreuses et plus raides.

Comme il fait nuit assez tôt, on commence à prévoir notre stop pour dormir. On repère le monastère Shanjue qui devrait faire l’affaire. Nos calculs sont bons, après six heures de marches on y arrive juste à la nuit tombée !
Attention, c’est pas parce qu’on dort dans un lieu religieux qu’on peut y demander l’asile gratuitement hein ! L’option la moins chère, en dortoir, revient au même prix que notre chambre double avec salle de bain au Teddy Bear (50 ¥ ou environ 6,50 € par personne!) pour un confort moindre. On nous emmène dans nos chambres, et là on se rend compte qu’il s’agit de dortoirs non mixtes ! A l’intérieur le confort est sommaire, les lits sont froids et humides… mais il y a un tas de couvertures : mode rouleau de printemps activé !

La salle de bain et les toilettes sont spartiates et à l’extérieur ! Pour la douche, on repassera…
Vient le moment de manger, et là les prix sont juste exhorbitants ! On se rabbat sur des nouilles instantanées (au double du prix habituel).

Jour 2

La nuit se passe plutôt bien. Enfin, elle est courte car dès 6 heures, voilà qu’on sonne le gong ! S’ensuivent les chants des moines qui résonnent dans toute la cour… Il fait encore nuit, on ne les voit pas.
Comme je suis seule dans le dortoir Adree me rejoint et on mange les brioches qui nous restaient. On nous dit ensuite que le petit-déjeuner est compris dans le prix ! On va alors voir ce que ca donne… et on ne regrette pas nos brioches ! Un bol de riz insipide, dans son eau de cuisson, petit déjeuné des moinessans sucre ni sel ; des petits pains sans sel non plus et une sorte de salade de crudités super épicée ! Ils sont fous ces moines !
C’est reparti. On fait le début du trajet avec trois Chinois (« Vous venez d’où ? » « France. » « Ah les Français sont  romantiques ! » millième édition ; faut dire que nous on rote avec plus de discrétion). On se dépasse à tour de rôle, puis on les laisse nous distancer (et nous crier « Hello ! » de loin comme des gamins). Les marches n’en finissent plus. Ca grimpe raide. On s’arrête souvent.
« On est fou !… » Une fois que t’as commencé, t’as plus le choix. Ah ah !

Autour de nous le paysage est des plus sauvages, une véritable jungle.

Il fait plus beau et plus chaud.
On se trompe d’itinéraire par rapport au trajet qu’on s’était fixé: perte de temps et d’énergie sur une centaine de mètres (en marches, ça fait beaucoup!) juste avant d’arriver dans la zone des singes.

Ah ces singes, on en avait entendu parler, et pas en bien ! Des voleurs qui sautent sur les touristes pour les dépouiller… Alors moi j’étais pas pressée de les rencontrer, Adree si pour pouvoir les immortaliser.

On se retrouve avec un troupeau de touristes, Chinois pour la plupart. Ca se bouscule au portillon !
Des panneaux nous avertissent qu’on se trouve bien dans la zone des singes et nous mettent en garde.
Ouvrons l’oeil.
Des stands vendent des photos des singes et de la nourriture pour les attirer, nous refusons d’acheter tout ça…
On a tout juste le temps d’en apercevoir deux de loin qu’une femme, nous voyant arriver, commence à marcher vers eux, bâton à la main, en faisant du bruit pour les faire fuir!
« Qu’est-ce qu’elle fait elle ?? »
On la suit, en essayant de la dépasser, mais les singes grimpent dans des endroits inaccessibles et bientôt on les perd de vue. La femme continue son manège comme si de rien n’était en passant derrière une barrière « interdit au public ». On est super en colère. C’est quoi ce cirque ? Ces singes sont aussi utilisés pour attirer les visiteurs alors pourquoi ne pas nous laisser les approcher ? On prend de la hauteur par un autre chemin et on en aperçoit, assez loin. Adree commence à essayer de les avoir dans son appareil quand soudain, un homme qu’on n’avait pas entendu venir fait de grands gestes à un autre en contre-bas qui, munit d’un lance-pierres, fait fuir une fois encore les singes ! Hallucinant et honteux ! Scandalisés, on a compris le message : ils ne veulent pas qu’on puisse prendre de photos. On est écoeuré surtout de voir qu’ils n’ont en plus aucune considération pour ces animaux !

On continue notre chemin, à nouveau seuls. Après une pause où on a mangé des bananes, on garde les peaux pour les jeter aux singes si on finit par en approcher.
Et soudain, au détour d’une marche, les voilà ! Deux singes, assez gros, qui descendent vers nous, tranquillement, d’un air inoffensif, presque mignons. Adree dégaine son appareil, moi je commence à sortir les peaux de bananes, les singes continuent d’avancer. Ils sont tout proches ! Et tout d’un coup, voilà que le plus près de moi s’agrippe à mon bambou et grogne en montrant les crocs ! Evidemment j’ai peur et crie de surprise, balançant dans la foulée sur le singe le sac avec les peaux de bananes. Arrive derrière nous un Chinois avec un bambou qui nous fait des grands signes, on le suit et on comprend qu’il ne faut pas donner à manger aux singes sous peine de rameuter toute la famille… il vaut mieux passer son chemin en faisant gaffe à ses affaires, et éloigner les singes avec les bambous. Ce qu’il fait en passant devant nous. Je me retourne : les singes mangent tranquillement (je suis sûre que s’ils le pouvaient ils rigoleraient).

On grimpe et de plus en plus de brume nous entoure. Il fait presque froid et du coup on a pas vraiment l’occasion de profiter du paysage : on est dans les nuages !
Je commence à être vraiment creuvée et ne pense qu’à une chose : m’allonger sur un lit, aussi dur et humide soit-il.
Ca tombe bien on arrive à un temple.
Alors que je cherche des infos pour savoir si on peut dormir ici, Adree discute avec un gars.

Je reviens vers lui bredouille. Le Chinois avec qui il parle nous dit qu’il faut continuer encore un peu, qu’il y a un temple où dormir plus loin. Lui, il fait le trajet à pieds aller-retour tous les ans ! Comme il fait encore jour on continue, mais moi j’en peux plus. On monte en altitude, il y a de la neige et du verglas ! Pas bon pour moi ça… Cramponnée aux barrières, l’ascension n’en est que plus lente et fatigante.
Heureusement, entre deux marches, un superbe paysage apparait, une mer de nuages !

Il commence à faire nuit et on arrive enfin à Taizi Ping. Du brouillard partout, on ne verra pas le coucher du soleil… On trouve un monastère où dormir dès notre arrivée. Au même prix que le premier, on peut dormir dans un dortoir mixte cette fois… et on est seul ! Petit plus appréciable : nos lits sont chauffés, un régal ! De plus les sanitaires sont modernes et confortables, rien à redire ! On se couche bien content après nos huit heures de grimpette.

Jour 3

Quand on se lève on espère pouvoir voir le soleil se lever mais on est toujours entourer de brouillard… décidemment… On grimpe quelques minutes. Il y a foule, les cars de Chinois ne vont pas plus haut. Toujours du verglas, la foule me stresse, des personnes tombent : je propose à Adree de finir avec la télécabine (comme quasiment tous les Chinois d’ailleurs)! 65 yuans chacun soit environ 9 euros pour trois minutes de trajet…

Une fois au sommet, grosse déception : le paysage est complètement englouti par le brouillard, on a même du mal à distinguer la statue géante et dorée !… Il y a un monde pas possible. On décide d’attendre un peu pour voir si le brouillard se lève, mais au bout d’une heure c’est toujours pareil et on a froid. Tant pis ! On redescend en télécabine et en bus cette fois-ci (environ deux heures de route)!

On est déçu de ne pas avoir pu profiter du but principal de cette ascension : la vue au sommet (après les efforts physiques et financiers consacrés!) ; mais on est quand-même content de nous, c’était un sacré challenge ! We did it !

Carte du Mont Emei et notre itinéraire

Carte du Mont Emei et notre itinéraire

On reste deux jours à l’auberge pour récupérer, avant de descendre vers Kunming.

Je partage sur Google Plus

29 Comments

  1. Salut Claire et Adrien,
    Dommage pour la vue, mais au moins vous avez réussis à grimper jusqu’en haut et puis les paysages dans la jungle sont tout de même hyper sympa. Jolie grimpette et sacrée « rando ». Bravo!
    PS: Je me rend compte que plus je lis de choses sur la Chine, plus je suis tenté par ce pays.
    Cédric.

    • Salut! Effectivement c’était une sacrée rando, vraiment très belle! La Chine, ce pays si grand et spécial à la fois, on a encore beaucoup de choses à en dire… On y travaille !

  2. Quelle belle randonnée! Bravo!
    J’adore la « mer de nuages » dans vos photos du paysage! C’est magnifique! Et vos selfies! 😉

    • Oui c’était super de voir ça ! Merci ! 🙂

  3. très belles photos et article magnifique! merci pour l’évasion

  4. Merci pour le partage de ce palpitant périple.
    Comme on dit, c’est le chemin qui compte, plus que le but à atteindre.
    Bravo pour votre courage et votre talent de reporters

    • Oui heureusement que c’est le chemin qui compte… sinon on aurait été déçus! 😀

  5. Ah Ah j’ai bien ri en vous lisant ce matin, ça fait du bien… Et nous sommes exactement dans le même climat humide et brumeux, à Yangshuo… Well done Guys!

    • Profitez bien de la fraîcheur, nous sommes maintenant en Thaïlande et on crève de chaud! ^^

  6. Sacrée expédition!!! Dommage pour le temps, mais pas de regrets 😉 bisous

  7. C’était une sacrée ascension ! Bravo. Dommage que le temps n’était pas avec vous, mais les photos de la jungle et de la mer de nuages sont très belles ! On se croirait hors du monde réel !

    • Oui, heureusement que le décors valait quand-même le coup ! 🙂

  8. CA c’est de l’ascension ! ca devait être bien fatiguant. Ca doit être kiffant de dormir dans les monastères non ? Vous avez bouffé du singe ?

    • Ahah ! Non non c’était pas crevant… lol! Alors les monastères, comment dire, l’idée est cool mais la pratique est « différente » : tu es reçu comme un client dans un hôtel et, pour le premier, tu te couches tout moite (évidemment avec une telle journée) et tout habillé dans des draps glacés et humides et dans une pièce qui, évidemment, n’est pas chauffée mais surtout ouverte et sans isolation, sympa avec près de zéro degrés… Finalement tu pense plus trop aux côtés kiffants! MDR!
      Enfin, je dirais que c’est plutôt le singe qui a failli nous bouffer! (Nous on risquait pas, régime végé oblige). 😉

      • Haha bon j’avoue… mais ca reste une superbe expérience que tout le monde n’a pas fait !

        • oui carrément, on a un peu morflés sur le coup mais c’était fabuleux!

  9. Bonsoir et bravo à Claire pour ce nouveau récit bien vivant et captivant!
    Le 400D a l’air bien greffé sur Adrien malgré quelques prises qui penchent un peu, mais belles pluralité des sujets qui complètent très bien les textes de Claire.
    Une affaire qui (60 000) marche bien! 😉

    • Claire avait hâte d’écrire et de partager ce récit, elle s’est appliquée! 🙂
      C’est vrai que je commençait à plutôt bien maitriser le 400D, mais apparemment votre écran penche un peu… :p Merci pour vos innombrables commentaires sur les photos, on a bien ri! (60000 fois?!)

  10. Bravo pour votre détermination! Les paysages façon Jungle de « La Forêt d’émeraude » et les sculptures toujours aussi belles donnent envie de vivre la même expérience!
    Des bisous et Bravo pour l’article!

    • Au fait, tu as fini par le trouver??? Ton IMEI?

      • Ah ah! Blague de geek! :p

  11. NINJA
    Bonjour vous deux, Que voulez-vous que je vous dise après tous ces commentaires ? Que la vie est belle pour ce qui ont de la détermination mais c’est jamais sans mal. J’ai pas mal voyagé et je sais par expérience qu’on va découvrir des pays bien différents du notre et pas spécialement pour se régaler. Mais bravo pour votre ascension. Je crois que vous vous en souviendrez toute votre vie. La Chine, je l’ai vu en documentaire sur ARTE. C’est sur, c’est super ! bonne continuation. Bises;

    • Bonjour Ninja! 🙂
      Oui comme tu dis, en s’en souviendras. Sinon effectivement la Chine, c’est au moins aussi bien que sur ARTE!
      Merci de nous lire, bises!

  12. Murielle

    bonjour vous deux,

    Je viens de faire un grand bon en arrière sur votre voyage en Islande où je serais très exactement le 17/04/2015. J’adore votre façon de commenter je dirais même que c’est plus que ça ça vaudrait être écrit comme un best-seller bibliographique. Je voyage rondement à travers vos yeux et les photos sont également magnifiques, elles sont bien plus belles que celles que j’aie pu voir dans l’un des derniers GEO sur l’Islande. j’espère que l’on pourra ce partager quelques photos qui ne se ressembleront pas puisque les jeux de lumière ne seront pas les mêmes vu qu’il y aura quelques mois de plus.
    En tous les cas votre périple à chaque fois que je le peux, je ne jette pas un oeil mais les deux et je m’y noie, je me régale de cette belle aventure et je suis très fière de vous car c’est très courageux mais en même temps à ce jour c’est devenu comme routine ou vous allez de découverte en découverte et de surprise en surprise plus splendide et magique. Chaque levé de soleil et chaque crépuscule suffit sa peine. Si vous y êtes encore, c’est que ça en vos la peine et le courage pour toute la force que cela vous procurera dans les années à venir.
    Gros bisous et à très bientôt. Murielle qui pense fort à vous.

  13. Coucou Muriel !
    Merci beaucoup pour ce très beau commentaire ! 😉 Ah ah, alors comme ça on met la pâtée à GEO ? ;-p
    C’est génial que tu ailles en Islande ! Ce pays est tout simplement incroyable ! Je suis sûre que tu vas te régaler.
    Mieux qu’une routine, c’est vrai que maintenant tout cela nous semble être naturel, et bien-sûr nous n’avons aucun regret ! (même si tout n’est pas aussi facile que ce qu’on pourrait s’imaginer)
    Nous te souhaitons un très beau voyage dans ce pays qu’on aime tant, et encore merci à toi de nous suivre !
    On t’embrasse !

  14. Les nouilles instantanées et les lits pourris… ça me rappelle mon trip à Huang Shan tout ça.

    • Salut Mat! Que de bons souvenirs… 😉

Laisser un commentaire