Une autre vision du monde #3

eye– Ana, réveille-toi…

Maria me secoue. J’ouvre les yeux, affolée.

– Qu’est-ce qu’il se passe ?

– Viens, prépare-toi….

Je m’assois sur le lit. Tout le monde s’affaire. Mère a le visage fermé.

– Père ?

– Ils disent que les esprits s’échauffent en ville, qu’on risque d’être attaqué… Habillez-vous s’il vous plaît, me répond le docteur Botkine.

Un frisson me parcours, je lui obéis. Attaquer la maison ? Cela ne leur suffit donc pas de nous savoir prisonniers ? J’enfile ma robe et aide Alexis à s’habiller. Il est affaiblit depuis sa crise d’hémophilie à Tobolsk.

Une fois prêts, ils nous emmènent en bas dans la petite cave. Sur le chemin je tends l’oreille, est-ce qu’ils approchent ? Je n’entends rien hormis ce qui semble être un bruit de moteur. Personne ne parle. Père porte Alexis. Il a un air sombre.

Ils donnent une chaise à Père, à Mère et à mon Alexis. Je me rapproche d’Anna.

La pièce est si étroite. J’ai le souffle court.

Soudain Yourovski prend la parole :

– Vos parents et vos proches, dans le pays comme à l’étranger, ont tenté de vous libérer. Le Soviet des députés ouvriers a pris la décision de vous fusiller.

Mes oreilles bourdonnent. J’entends Père s’écrier « Comment ? » et se tourner vers nous, sourcils froncés.

Puis un bruit assourdissant. De la fumée partout. Qu’est-ce qu’il se passe ? Je ressens un coup violent dans le ventre, mon esprit reste concentré une longue seconde sur cette sensation étrange, puis je repense à mes bijoux cousus dans ma robe.

A ce collier de pierres précieuses que j’aime tant.

Et puis une autre douleur, dans l’épaule cette fois, plus pointue, brûlante, fulgurante… je me sens glisser…

J’entends des voix. Je ne comprends rien. J’entrouvre les yeux et aperçois Alexis qui tombe de sa chaise. Alexis !

J’ai du brouillard dans la tête. Ces voix… On me donne des coups…

Ca se rapproche de mon visage à toute allure…

Les articles Une autre vision du monde sont écrits à partir de faits réels, vécus ou racontés, et naissent après qu’une situation ou une personne m’a particulièrement touchée, au point de me donner l’envie de partager la vision du monde de cette personne. Cette vision reste néanmoins subjective et spontanée, et n’engage que moi.
Je partage sur Google Plus

2 Comments

    • pongelard Annick
    • 19 novembre 2014
    • Répondre

    Revivre le derniers instants de la famille Romanov, trop dur !

  1. Le plus dur doit être de voir les autre partir…

Laisser un commentaire