Découverte d’une ville peu connue : Vilnius, en Lituanie

vilniusVilnius ? La Lituanie ? En voilà un endroit qui nous était totalement inconnu ! C’est pourquoi nous l’avons mis sur notre parcours, desservi par la compagnie de cars Eurolines.

Vilnius est la capitale de la Lituanie, l’un des trois pays baltes. Son nom vient de la rivière Vilna qui la traverse. Elle compte plus de 500 000 habitants (c’est la ville la plus peuplée du pays)  et son centre historique, particulièrement bien conservé, est classé au patrimoine mondiale de l’UNESCO. Sa devise est: « Unité, Justice, Espérance ».

Quand nous arrivons à la gare routière, nous ne sommes pas emballés. Certes, ce n’est qu’une gare routière, mais il fait gris, froid, et nous achetons des sandwiches que nous n’apprécions pas. Les toilettes sont encore et toujours payantes, et on est fatigué. Bref.

On part à la recherche de notre auberge de jeunesse. Située pas très loin de la gare, elle a un style gai et baba-cool qui nous remonte le moral. En plus on apprend que le petit-déjeuner est compris (alors que le contraire était écrit sur la confirmation de réservation. Bref.)

Requinqués, nous décidons d’aller faire un premier tour en ville. Nous sommes en fait au cœur de la vieille ville ! Malgré les gouttes de pluie nous sommes ravis de découvrir la place de la cathédrale, avec le palais des Grands Ducs de Lituanie.

Et puis nous apercevons un attroupement et des tentes dans une rue : nous tombons en plein marché ! Une chouette ambiance qui nous met tout de suite dans le bain. Des plats préparés sur place comme nous avons maintes fois pu le voir dans d’autres pays et qui donnent l’eau à la bouche : si nous avions su, nous aurions attendu au lieu de manger les sandwiches de la gare routière !

Et puis d’un coup la fatigue me tombe dessus, il faut à tout prix que je dorme. Nous rentrons dare-dare à l’auberge, et Adree qui maintenait le contraire s’écroule sur le lit avec moi : il est 18 heures, nous dormirons jusqu’au lendemain matin !

Un jour nouveau qui nous apportera une nouvelle surprise à l’heure du petit-déjeuner : certes il est inclus, mais plutôt restreint : thé, café (malheureusement je ne bois ni l’un ni l’autre), des tartines de pain et de la confiture, sans lait ni beurre. Tant pis, toujours ça de pris !

Le soleil n’est décidément pas au rendez-vous ! Nous partons pour la découverte de la ville.

Nous traversons la place de la cathédrale pour atteindre le parc où se trouve la tour Gediminas. Elle tient son nom du Grand Duc de Lituanie qui monta sur le trône en 1316 et fonda la ville de Vilnius en 1323. Seule partie restante du château de Vilnius, elle abrite une exposition des découvertes archéologiques de la ville. Il y a un funiculaire, mais on décide de monter à pieds. Et les nuages qui se faisaient de plus en plus menaçants craquent… nous voici mouillés pour changer ! J’exagère, c’est vrai qu’on a eu notre dose de pluie en Europe du Nord, mais depuis notre départ en septembre, on était plutôt gâté par le temps.

Du coup arrivés au sommet, le « magnifique panorama de la ville » (dixit l’office du tourisme) est un peu gâché. La TV Tower, du haut de ses 326 mètres, se noie dans les nuages…

Pour ne pas en faire autant, on patiente à l’abris. La pluie, ça s’en va et ça revient, c’est fait de tout petits riens nous redescendons pendant une accalmie et allons faire un petit tour dans le jardin Bernardine.

A midi, nous décidons d’essayer un restaurant qui nous faisait de l’œil.

On retourne dans la rue Pilies, la plus ancienne rue de la Vieille Ville, pleine de boutiques de bijoux en ambre et autres souvenirs. On entre dans le restaurant… et là, surprise ! La salle est aménagée de façon à reconstituer le jardin, la terrasse et l’intérieur d’une maison ! C’est original et chaleureux. Nous nous installons dans le jardin ! (agréable, même quand il pleut !) Nous commandons la spécialité, les « zeppelins », de grosses pommes de terre, simples ou farcies, accompagnées d’un pot de sauce comme l’étaient les pierogi. C’est super bon et ça en bouche un coin ! (Et… financièrement intéressant)

Après ça nous repartons, direction la République d’Uzupis.

La quoi ?

La République d’Uzupis, le quartier des artistes, quoi ! Ce coin de la ville se serait déclaré république indépendante le 1er avril 1997. Il a ses propres hymne, président et constitution. Il a aussi son gardien : l’ange de bronze d’Uzupis, qui symbolise la liberté artistique. On y trouve plusieurs galeries d’art.

Le lendemain, le temps n’est toujours pas terrible. Nous voulons jeter un œil dans la partie plus récente de la ville ! Il nous faut un bon moment pour trouver le bus qui y va (Here Maps nous fait presque tout le boulot : on se trompait à cause d’une histoire de couleurs…). Il pleut, il fait froid. Nous marchons un peu au hasard. Un centre commercial ! On se réfugie à l’intérieur.Très calme, presque personne. Nous mangeons dans un restaurant au concept : « dis-moi ce que tu manges, je te dirai qui tu es », bon, mais un peu cher (comparé à la veille).

Nous nous promenons mais sans grand enthousiasme. Tout est gris, le temps, les bâtiments… Peut-être qu’avec du soleil nous aurions vu les choses différemment ! Mais nous préférons vraiment la Vieille Ville, qui a du cachet !

Le soir nous reprenons le car pour notre dernière étape avant la Russie.

 

Je partage sur Google Plus

4 Comments

  1. Beau reportage sur une région et une ville dont on ne parle jamais. Il manquait un rayon de soleil !

  2. Le trolley-bus (trop-laid aussi) de mon enfance…Dommage pour la pluie, mais le Midi n’est pas international!

  3. Je ne connaissais Vilnius que via le monopoly europe 🙂 merci pour les belles photos !

    • ^^ Merci !

Laisser un commentaire