Bruxelles, une fois !

Nous avons quitté Paris pour Bruxelles en courant.

Oui, personne n’est parfait : Adree a toujours le temps. Ce matin-là nous avons donc pris le dernier bus qui pouvait nous permettre d’être à l’heure pour notre car Eurolines. Nous nous sommes retrouvés coincés dans le fameux trafic parisien. Nous avons donc décidé de descendre du bus plus tôt et de finir le trajet au trot. Heureusement qu’on n’était pas si loin du but !

Après environ 4 heures de route, nous voilà à Bruxelles, Plat Pays.

Bruxelles

Nous nous rendons à l’auberge Jacques Brel pour y déposer nos affaires, et retournons en centre-ville.

Morts de faim, nous salivions dans le car en pensant aux frites belges. Seraient-elles à la hauteur ?

Notre choix se porte un peu par hasard sur le snack Fritland, qui s’avèrera être un incontournable ! Et pour cause ! Des frites généreuses et croustillantes, avec une sauce au choix (mais en supplément), la part est presque trop grosse pour une seule personne. Pour le dessert, nous opterons pour une gaufre. Mais une gaufre comme jamais vue avant ! Ce n’est plus une gaufre d’ailleurs, c’est un gâteau. Nous choisissons la version chantilly + coulis de pâte à tartiner aux noisettes… Un régal pur et simple que nous partageons à deux. Mais nous avons fait les goinfres, et c’est en roulant presque que nous déambulons dans la ville, au hasard.

Le lendemain nous avions prévu de faire une visite guidée de la ville, comme à Dublin et à Stockholm. Le guide s’appelle Yasser, vient du Venezuela et est étudiant. Très avenant, il nous raconte entre autre qu’il est amoureux de Bruxelles où il est venu étudier le français. La visite sera en anglais car il y a une majorité d’anglophones dans le groupe. Notre compassion bienveillante envers ce jeune expatrié se transforme en véritable admiration une fois dans son rôle de guide : de l’entrain, de l’assurance, nous sommes impressionnés par son aisance. Il nous indique où manger les meilleures frites (à Fritland !), où trouver les bières et les gaufres les moins chères. Nous apprenons les trois « trucs » du buveur de bière local. Nous faisons connaissance avec le MannekenPis, féru de mode malgré lui, et sa petite soeur (cachée). Adree redécouvre le visage de Jacques Brel et j’apprends qu’Audrey Hepburn était d’origine belge. Je vous passe les détails historiques, plus difficiles à comprendre et à retenir… Ce que nous retiendrons en revanche c’est que nous avons passé un bon moment.

Le soir nous sortons boire un verre avec un copain d’Adree fan de Nokia qui nous emmène ensuite manger des tapas au Tapas locas. Il faut commander minimum trois plats (bien suffisant) à 4€ le plat. C’était du fait-maison et nous nous sommes régalés ! Pour finir la soirée en beauté, nous sommes allées sur la Grand Place, que nous avions déjà admiré de jour.

Il y a un spectaculaire sons et lumières durant l’été et la période de Noël. A tour de rôle, chaque pays préside au Conseil Européen, et la ville lui rend hommage par ce sons et lumières (en ce moment c’est donc en hommage à l’Italie). Il y a un show à 22h30 et un autre à 23h, qui dure à chaque fois un quart d’heure.

Admirez plutôt :

Le lendemain nous enchaînons les visites !

En effet, Bruxelles propose la Brussels card. Dans le même esprit que sa copine la Stockholm card, la Brussels card existe en trois versions : pour une durée de 24 heures (24€), 48 heures (36€) ou 72 heures (43€). Elle donne un accès libre à 32 musées et aux transports publics bruxellois, et des réductions dans certains restaurants, bars, commerces, attractions et excursions touristiques.

Qu’avons-nous fait avec la Brussels card 48 heures ?

  • Le musée de la ville de Bruxelles : consacré à son origine et son développement au fil des siècles. Les amateurs d’archives, de dessins d’époque ou de tapisseries seront ravis. Cerise sur le gâteau : on y trouve la version originale du Manneken-Pis et toute sa garde-robe nous est dévoilée (à chaque grande occasion, on l’habille en conséquence : on compte 800 costumes !).
  • Le musée des Brasseurs Belges : ambiance cave pour ce musée au nom prometteur. Mais déception ! Une exposition du matériel de fabrication de la bière avec peu d’explication. La projection d’un film de 15 min nous redonne espoir et on pense enfin en avoir pour notre faim soif. Mais à part nous dire qu’il existe des bières désaltérantes et des bières de dégustation, on n’en apprend pas plus… Heureusement la visite se conclut par une bière offerte. L’estaminet change de brasseur plusieurs fois par semaine sans jamais divulguer l’identité de la bière. A Adree qui lui pose des questions pour essayer d’en savoir plus, celui présent ce jour-là a répondu que « la bière c’est comme le vin, elles sont toutes pareilles… »
  • Le musée du cacao et du chocolat : un nom alléchant qui cette fois a tenu ses promesses. Toute une exposition avec moult images et explications sur la culture du cacao, comment la fève de cacao a conquis l’Europe mais aussi comment le cacao est transformé en chocolat. A cela s’ajoute plusieurs dégustations qui font s’agiter les papilles et une démonstration de la fabrication de pralines par un maître chocolatier. Bref, on en redemande !
  • Le musée du costume et de la dentelle : les fashion victims découvriront la mode civile européenne depuis le 18ème siècle jusqu’à nos jours. Exposition de robes de bal, manteaux, broderies, accessoires de mode, etc. ainsi qu’une place de choix dédiée à la dentelle de Bruxelles, célèbre dans le monde entier.
  • Le Centre belge de la bande dessinée : jeunes et moins jeunes fans de BD se régaleront. On y retrouve des expositions permanentes, comme par exemple l’aventure de la BD en Belgique depuis la naissance de Tintin (1929) jusqu’à 1960. Mais aussi des expositions temporaires et divers personnages (Spirou, les Schtroumpfs…) et les différents genres de la bande dessinée (tragique, fantastique ; en couleurs ou en noir et blanc…)  A cela s’ajoute une grande librairie qui regroupe 60 000 titres (j’ai découvert que Tintin existe maintenant en petit format !) De quoi craquer…
  • Le Coudenberg – Ancien palace de Bruxelles : c’est en fait un musée et un site archéologique ! On déambule sous terre dans les vestiges du palais du Coudenberg, ancienne résidence de Charles Quint. Il y est également exposée les différentes découvertes archéologiques faites durant les fouilles.
  • La porte de Hal : seule porte médiévale de Bruxelles encore conservée. On découvre comment la ville se protégeait des agressions extérieures au Moyen Age et quel était le rôle de ses habitants dans la défense de la ville. Exposition d’armures, de maquettes…et chemin de ronde avec vue sur la ville !
  • La Basilique de Koekelberg : c’est le cinquième plus grand édifice religieux du monde ! Un ascenseur emmène à 52,80 m du sol pour profiter de la vue sur la ville (avec la Brussels card, montée à 3€/personne au lieu de 5€). Le ticket permet également de visiter les deux musées de la basilique : le musée des Sœurs noires et le musée d’Art religieux moderne (attention aux horaires d’ouverture). On y trouve également un restaurant…comme à chaque fois que je vois ce genre de choses (boutique ou resto) sur un site religieux je trouve cela déplacé, mais certains trouveront sans doute que c’est une bonne initiative…

Conclusion : la plupart des musées est à un tarif très abordable, souvent moins de 10€/personne. Néanmoins, la Brussels card de 48 heures coûte 36€/personne. Sans elle, nos visites nous auraient coûté 43€/personne, plus les trajets en transports publics. Et n’oubliez pas que lorsque votre Brussels card est expirée, rien ne vous empêche d’en acheter une autre…

Notre choix s’est fait en fonction de nos goûts personnels et de ce qui touchait la ville de Bruxelles au plus près. Mais il y a bien-sûr de nombreux autres musées tout aussi intéressants : nous aurions aimé avoir le temps de voir par exemple Autoworld le musée de l’automobile, le Musée des Sciences Naturelles ou le musée sur René Magritte. Ce n’est pas grave, cela nous laisse de quoi faire pour une prochaine visite !

Nous remercions les Auberges de Jeunesse de Bruxelles de nous avoir offert la Brussels card.

Je partage sur Google Plus

5 Comments

  1. Bonjour les Trotteurs!

    Formidable ce reportage!
    Il donne envie d’en voir et d’en savoir plus sur la ville.

  2. Ahhh le fameux Manneken–Pis !!! J’étais tellement surprise de voir qu’il était si petit ahah.

    • Oui c’est vrai! Mais il ne perd pas de sa réputation pour autant! 😉

  3. Nous étions à Bruxelles la semaine dernière et elle n’a rien perdue de son charme. Bon par contre nous n’avons jamais vu le Manneken-Pis costumé hormis au musée de la ville, dommage !

    • Ah oui pour le salon! On arrivera à y être un jour…lol Le Manneken-Pis est déguisé seulement pour les grandes occasions ;-p

Laisser un commentaire