Le volcan Gullborgarhellar et la ville d’Akranes

Le vent s’est levé sur la piste. Nous roulons, sans trop savoir quelle est notre destination.

1-WP_20140610_20_32_19_Pro

Nous tentons de trouver un endroit qui capte la connexion Internet pour écouter notre interview à la radio, mais rien à faire.

Soudain le décor aride de rocailles s’habille d’une couverture verte et noire. Et au loin, une masse sombre apparaît. Un volcan !

La roche, anciennement de la lave, est totalement recouverte d’ une mousse épaisse et confortable, qu’il est interdit de piétiner pour la conserver (bon, ok, juste une photo alors…).

Nous avançons dans ce décor encore si différent. L’ambiance est étrange. Tout ce noir et cette solitude au milieu de cette immensité… Adree s’amuse à me faire peur, prétextant qu’une bête ou un alien pourrait surgir d’une crevasse… Le volcan nous semble de plus en plus loin. Finalement nous y arrivons ! Nous grimpons au sommet et admirons le cratère.

Adree a réussi à me faire peur, j’accélère le pas pour repartir.

Nous reprenons la route, dans la poussière soulevée par le vent.

Plus tard, c’est un peu par hasard que notre voiture s’arrête à Akranes, petite ville portuaire. Par hasard et par coup de coeur pour sa plage splendide ! Où sommes-nous, en Islande? Ah bon?

1-WP_20140611_22_15_37_Pro

Adree veut y mettre les pieds, il n’y mettra rien de plus ! Le soleil se couche lentement, à son habitude, et nous laisse encore un beau souvenir, un paysage d’été et de vacances comme on en rêve.

Notre séjour ici touche bientôt à sa fin… Akranes nous rend nostalgiques, mais d’un autre côté, nous pouvons nous dire que nous avons « tout » vu de l’Islande, et le pays suivant commence à piquer notre curiosité…

Mais avant de partir, il nous reste une chose à voir: une cascade, et pas n’importe laquelle.

Je partage sur Google Plus

2 Comments

  1. on dirait vraiment que vous êtes seuls au monde. ça doit être parfois angoissant non ?
    on se dit aussitôt que vous avez de la chance de vous retrouver au beau milieu de cette nature fulgurante ! avez vous besoin de quelque chose ?

    • Oui on se sentait effectivement seuls au monde dans ces moments là… Mais justement ça fait du bien de se sentir comme ça et, en plus, on a l’impression de n’avoir besoin de rien d’autre… Merci! 🙂

Laisser un commentaire