Une autre vision du monde #1

oeilAujourd’hui le ciel est gris. Je mange avec Maman, comme d’habitude. Le vent caresse l’herbe et tout est calme.

Soudain le bruit de la Machine se fait entendre… l’Homme est là ! Avec sa machine infernale et son Loup ! Maman se met à courir, je me précipite derrière elle, j’ai peur. La Machine se dirige vers nous, nous courons de l’autre côté. Voilà le Loup qui s’y met, lui aussi. Le Loup est mauvais, elle dit Maman, et c’est vrai. Il nous poursuit quand on ne suit pas les autres comme des moutons. Il mord les mollets quand on ne court pas assez vite.

Il m’a déjà mordu, moi, qui suis doux comme un agneau.

–          Laaambiie !

–          Maman ?!

Maman où es-tu ? Je suis les copains. Maman ? On me pousse, j’ai peur, je cours, je me serre contre les autres.

–          Laaambiie !

Je ne sais pas où est Maman. Je l’entends m’appeler, je la cherche, je l’appelle.

Je me rends compte que l’Homme nous a séparés, les mamans d’un côté, les petits de l’autre. L’Homme nous attrape, nous soulève, nous jette. Il nous reprend, nous pousse. Il s’en prend à un seul, que nous ne revoyons plus. Chacun son tour.

–          Mamaaan !

–          Laaambiie !

Maman, Maman, tout le monde crie, je veux Maman.

Vient mon tour. J’essaie de lui échapper mais je suis enfermé. Il m’empoigne, me serre contre lui, je ne peux plus bouger. Je suis tétanisé.

On m’ouvre la bouche pour y enfoncer une seringue. Un liquide coule dans ma gorge, c’est pas mauvais ! Et on me remet par-terre.

Je vois Maman de loin.

–          Mamaaan !

–          Laaambiie !

Enfin on nous laisse partir ! Je retrouve Maman ! Tout va bien.

Puis ça recommence, le Loup nous oblige à avancer, nous courons, nous nous serrons les uns aux autres… Nous voici enfin rentrés chez nous !

Le calme revient. L’herbe est verte. A table !

Les articles Une autre vision du monde sont écrits à partir de faits réels, vécus ou racontés, et naissent après qu’une situation ou une personne m’a particulièrement touchée, au point de me donner l’envie de partager la vision du monde de cette personne. Cette vision reste néanmoins subjective et spontanée, et n’engage que moi.
Je partage sur Google Plus

Laisser un commentaire