Woofing au château !

WP_20140521_14_40_36_ProComme convenu, Carola, notre hôte, est venue nous chercher à la gare de Dunblane. Elle nous a emmenés faire des courses : bizarre de choisir ce que l’on veut avec une inconnue sans avoir à passer à la caisse ! Mais c’est le principe du woofing : on travaille et notre salaire est sous la forme de l’hébergement et de la nourriture !

Carola parle très vite. Elle nous dit qu’on va habiter dans un studio et nous y emmène. Un studio, ou plutôt une petite maisonnette ! Avec tout le confort à l’intérieur ! On est plus que ravi. Elle nous laisse nous installer, puis on passe par un petit sentier pour la rejoindre à la maison…

WP_20140519_14_38_43_Pro

La maison !

Ou plutôt le château (pour plus d’infos, cliquez ICI) ! Et nous découvrons aussi l’immense jardin, tout en fleurs… y a pire comme lieu de travail ! Voyez le panorama à 360° fait par Adree :

Nous apprenons que le château est en pleine restauration pour se transformer en hôtel.

Carola nous demande combien de temps on compte rester, nous lui disons que notre seul impératif est notre date de départ pour prendre l’avion à Edimbourg. C’est conclu : on restera alors deux semaines !

La vie de woofers au château se passe ainsi : début de la journée à 9 heures, coupure vers 13 heures, puis reprise jusqu’à 18 heures maximum ; les horaires ne sont pas figés, le principal est de travailler six heures par jour.

Carola joue le jeu sans problème : le midi nous mangeons avec elle et sa famille, tout à fait à notre faim. Le soir nous dînons au studio, avec les provisions qu’elle nous donne.

Durant la première semaine au château, nous avons travaillé dans le jardin (désherbage, labourage, couper et ranger du bois…) et dans le château en participant aux travaux de rénovation. Nous nous sommes liés d’amitié avec Cameron, le paysagiste. Il a vécu quelques années en France et semblait content de parler un peu français ! Il nous a même invités à venir boire un café chez lui, et nous avons fait la connaissance de sa femme, Sheila. Adree a goûté un wisky de dix ans d’âge, et a fini… en kilt ! C’était un couple très sympathique avec qui nous avons eu plaisir à discuter.

La deuxième semaine nous avons pu faire ce que nous espérions : nous occuper d’animaux. Et plus précisément, de moutons. De centaines de moutons ! Avec l’aide des fermiers et de leur chien, il nous a fallu rassembler le troupeau et le diriger au bon endroit. Puis faire un tri en séparant les mères des petits, pour donner aux brebis un vermifuge, et aux agneaux un vaccin et divers nutriments et médicaments.

Cela n’a duré que trois jours, mais ça a été les trois jours les plus fatigants qu’on ait eu ! Un agneau c’est mignon… mais quand il fait près de trente kilos et qu’il faut le porter, il l’est tout de suite moins ! Courbaturés, puants, des bêlements plein la tête, c’était somme toute intéressant et une bonne expérience ! De plus les fermiers étaient très sympas.

Nous avons proposé à Carola de faire la cuisine pour notre repas d’adieu. Partis pour six personnes, nous avons finalement été le double ! Après deux heures et demi derrière les fourneaux du château, nous avons pu présenter trois quiches, un gratin dauphinois et un gâteau au chocolat. Les invités ont eu l’air d’aimer !

Nous profitons de notre dernière nuit dans le quasi-luxe, car nous savons que la suite risque d’être bien différente ! Le lendemain matin Carola nous dépose à la gare. Mais à cause de travaux, nous avons dû prendre un bus qui s’est retrouvé coincé dans les bouchons pendant presque trois heures ! Il nous a enfin déposer à une autre gare où nous avons eu droit à encore une heure de train… Tout ça pour arriver à Edimbourg,  65 kms plus loin !

Ah, Edimbourg… Un vrai coup de cœur, qui dépasse Killarney, notre ville préférée jusque là !

Edimbourg

Edimbourg

Nous dormons dans une auberge de jeunesse conseillée par Cousine Violène, mais dans un dortoir de dix personnes alors que la pièce n’aurait pas dû en compter plus de huit, et la nuit est chaude et bruyante…

Le lendemain nous avons un peu de temps devant nous pour balader dans la ville, assez pour l’apprécier mais assez peu pour la connaître. Nous reviendrons un jour !…

Notre esprit est désormais occupé par autre chose. Nous en parlions depuis longtemps, pleins de curiosité et d’envie d’après les retours que nous en avions eu.

L’Islande, notre prochaine destination !…

Je partage sur Google Plus

8 Comments

  1. Ah ben oui le dortoir c’est l’aventure! J’y ai des souvenirs de gros fous rires avec ma cop mais en couple je vous avais conseillé la chambre individuelle…

    • Comme tu dis, c’est l’aventure! ^^
      Bon après les chambres individuelles n’étaient pas données… donc ça à quand même fait notre affaire! 😉

  2. Coucou Claire !
    J’aimerais beaucoup faire du woofing cet été en Ecosse ! Ton article confirme cette envie et donne l’eau à la bouche ! Penses-tu que Carola aurait une petite place pour moi cet été ? Connaitrais-tu d’autres fermes ? Merci beaucoup en tout cas de m’aider ! A très bientôt,
    Marie

    • Salut Marie !
      Contente que l’article te plaise. Notre expérience remonte maintenant à plus d’un an, nous n’avons malheureusement plus de contact avec Carola, et nous ne savons pas si elle prend toujours des woofers. Je te conseille de t’inscrire sur le site Woofing tout simplement et ainsi tu auras la liste des fermes qui recherchent de l’aide 😉

  3. Bonjour à tous les deux,
    Je suis tombée sur votre blog en cherchant des infos woofing en Ecosse.
    J’aimerais savoir si vous avez eu d’autres expériences que votre vie au château 🙂
    Mon ami et moi envisageons un trip d’un an en Europe du Nord entre 2016 et 2017 et cherchons des retours d’expérience !
    Merci d’avance et bonne continuation sur les routes asiatiques !

    • Bonjour Emmanuelle!
      En voilà une bonne idée, après tout ce que nous avons vu, nous sommes toujours amoureux de l’Europe du nord!
      Malheureusement nous n’avons pas eu d’autre expérience de woofing en Europe, nous sommes maintenant en Australie où nous avons fait du HelpX (helpx.net) pendant deux mois. C’est dans le même principe mais vous pourrez aussi trouver des homestays, auberges de jeunesse, associations… C’est un peu différent mais toujours économique et très sympa, tout comme couchsurfing.com . De bons moyens de voyager en faisant des rencontres sur la route. Attention, dans tous les cas ça prend pas mal de temps, il faut surtout bien préparer sa fiche de profil et personnaliser ses demandes… Sinon ça ne fonctionne pas.
      Bonne préparation pour votre voyage!

    • Jankowski Stanislas
    • 9 juillet 2018
    • Répondre

    Bonjour, tout d’abord merci pour votre témoignage qui en plus d’être très intéressant apporte beaucoup d’informations. Je cherche a partir dans un pays anglophone parfaire mon anglais qui même s’il n’est pas mauvais n’est pas excellent, ainsi je recherche du woofing mais je n’ai trouvé que des sites payants pour cela. En connaissez vous des gratuits svp?
    Waiting for reading you soon.

    • Hi there!
      Non malheureusement nous ne connaissons pas de sites gratuits. Mais en altenative de Woofing il y a HelpX qui est bien également. Ca n’est pas gratuit dans tous les cas mais c’est souvent de bonnes expériences grace au support apporté par les commentaires des woofers et helpers.
      A bientôt.

Laisser un commentaire