Cliffs of Moher

WP_20140509_14_43_59_ProAu départ, nous n’avions pas vraiment prévu d’aller voir les Cliffs of Moher. J’avais vaguement le nom en tête, puis Zanny en a parlé aussi. J’ai alors refait des recherches sur Internet, découvert qu’on allait passer pas loin  et qu’on aurait pu raté le site naturel le plus visité d’Irlande! Site naturel, mais payant, cherchez l’erreur… (6 euros/personne). Les quelques clichés trouvés ont fini de nous convaincre.

Nous roulons et arrivons soudain dans un grand parking, au milieu de nulle part. Deux guichets à l’entée.

Des voitures mais aussi des camping-cars et des cars. Si ça c’est pas touristique! Le temps est gris et il fait un vent à décorner les boeufs. J’ai peur que la Panda s’envole.

Nous sortons du parking et suivons le troupeau de touristes. Nous apercevons enfin le site. A l’entrée, nos yeux sont directement attirés par une rangée de boutiques souvenirs. Nous faisons un tour dans le bâtiment: un café/restaurant, des boutiques, des toilettes, une expo avec un film en 3D…

Nous ressortons et emportés par la foule le vent nous approchons enfin de ce pour quoi nous avons payé: le bord de la falaise!

WP_20140509_14_11_12_Pro

C’est impressionnant! De plus de 200 mètres de haut, les falaises surplombent la mer qui vient s’écraser à leurs pieds. Une mer bleue roi, bleue turquoise, verte, blanche d’écume. Des oiseaux tourbillonnent de part en part (eux aussi emportés par la foule de Piaf le vent…).

Des hommes en gilets fluo nous surveillent. Nous ne tardons pas à savoir pourquoi: un touriste qui s’était avancé trop près du bord se fait siffler et rappeler à l’ordre!…

Derrière nous la O’Brien’s Tower, dont il faut payer l’entrée en supplément, et face à nous le sentier qui longe le bord de la falaise sur quelques kilomètres (gratuitement). Nous l’empruntons sans hésiter.

WP_20140509_003

Je ne sais pas où vont les 6 euros de l’entrée, mais certainement pas dans la confection du sentier. Après quelques mètres, il n’y a plus de mur de sécurité ou autre.

L’endroit est magique, surtout avec une éclaircie. A gauche un pré avec des moutons (tiens donc!), puis un champs de fleurs jaunes. Et à droite…le vide, 200 mètres de hauteur et le fracas de l’eau. Entre les deux à peine une dizaine de mètres.

Nous faisons un tour à l’exposition et au film diffusé en boucle, et reprenons la route. Nous faiblissons un temps devant la horde de panneaux annonçant un Bed and Breakfast que l’on retrouve tout le long.

Mais nous passons notre chemin avec une nouvelle destination en tête : le Connemara!

[nwm_map id= »9″ maptype= »roadmap »  zoom= »7″ height=300″ width= »auto » ]

Je partage sur Google Plus

Laisser un commentaire