Glendalough, de la magie au rêve

glendalough_1Nous remercions Bill notre chauffeur et regardons autour de nous. Nous nous dirigeons vers le Centre d’accueil des visiteurs, où une hôtesse très sympa nous « donne » (à 50 cents) le plan des trois circuits à faire (de trois niveaux différents). Il est 18 heures, trop tard pour partir en balade; on dort où? On fait le tour du « village »…

Glendalough, qu’est-ce que c’est? Il y a le parc et un hôtel 5*, une boutique souvenirs, le restaurant de l’hôtel, le bistrot de l’hôtel…et une auberge de jeunesse! Ok… Bien-sûr l’hôtel est à l’entrée du parc et l’auberge un peu à l’écart. Nous allons à l’auberge. 18 euros par personnes, sans petit-déjeuner, et dans des dortoirs non mixtes de dix personnes! Pas tellement cheap… Sur le coup pas envie de dormir séparés, on tourne, on vire, pas moyen de camper… Par curiosité nous allons demander les tarifs de l’hôtel où se déverse une flopée de touristes. 60 euros la nuit par personne! Bon ben ok, ca sera l’auberge… Nous rajoutons 4 euros chacun pour le petit-déjeuner classique (pour info le petit-déj irlandais est à 8 euros).

Les chambres sont correctes mais le ménage n’est sûrement pas fait tous les jours! La moquette et les murs étaient sales, et dans ma chambre une fenêtre était cassée…

Nous avons savouré notre soirée calés dans le canapé super moelleux du hall. Plus tard en allant me coucher, je découvre les deux seules autres filles de mon dortoir qui daignent à peine me dire bonsoir et je m’endors avec la lumière allumée puisqu’elles sont en train de lire…

Le lendemain, hop c’est parti!

Nous décidons de commencer par le circuit facile et en route de rattraper le plus long (9 kms).

Pour commencer nous longeons le cours d’eau qui borde la forêt. Et là nous avons un spectacle merveilleux! Si si. J’avais déjà été époustouflée par les forêts de bouleaux enneigés de Finlande, mais je crois que ce bois les a peut-être surpassées. De l’herbe et une mousse d’un vert brillant, des troncs sombres et étroits, serrés les uns aux autres… Ce contraste du sombre et du vert qui ressort éclatant est merveilleux. On se serait cru en plein décors de film fantastique. J’étais prête à voir danser des fées et des leprechauns en sautillant! Incroyable d’être émerveillé devant un spectacle naturel aussi simple. Je me suis empressée de demander à Adree d’immortaliser ce lieu…

 glendalough_2

Nous avons commencé à grimper la colline en traversant un parterre de trèfles. Puis le chemin est devenu plus commun, nous sommes redescendus et avons continué en bifurquant sur le White Spinc, le parcours le plus « difficile ». La marche est agréable, nous longeons un premier lac et arrivons jusqu’aux ruines d’un village de mineurs, remplacés par des moutons!

Puis nous commençons à monter, suivant les rochers de granite. De l’eau coule en cascade, et donne différentes couleurs aux pierres! Des éclats brillants, du rouge rouille, du noir… « C’est trop beau! » Nous faisons une pause pique-nique, le temps se met à la pluie. Nous reprenons en k-ways, l’ascension devient fatigante, plus haut on ne voit que du brouillard. Finalement le chemin de rochers se transforme en chemin fait de planches de bois où sont plantées des agrafes pour ne pas glisser car tout, autour, n’est que marécages…et la pluie redouble…ça n’en finit plus de monter. Un film me vient à l’esprit, tendant plus vers le Seigneur des Anneaux que vers la Petite Maison dans la prairie…  Je vois déjà Gollum nous faire signe de le suivre pour nous montrer le chemin vers les portes du Mordor !… A la place surgissent quatre ou cinq joggeurs en short qui dévalent les planches en rythme, nous nous écartons pour les laisser passer et admirer leur folie.

Arrivés au sommet, enfin, fouettés par la pluie et le vent, nous sommes déçus de constater que le brouillard nous cache le paysage. Puis soudain, une éclaircie dans les nuages! Et nous pouvons apercevoir les deux lacs!

glendalough_3Nous continuons, ces planches n’en finissent plus.

Finalement la pluie s’arrête, nous redescendons la colline. Il est plus de 16 heures mais nous croisons des gens qui font le parcours en sens inverse, et donc le commencent…alors qu’il est annoncé presque quatre heures pour le faire…des nanas en Converses, en bottes à talons… Ca aussi ça fait rêver! :-p

En passant devant les boutiques souvenirs, une vendeuse m’interpelle. Oui, sa tête me dit quelque chose, mais… « The girl with the dog!... » Ah oui! La femme qui nous a guidé jusqu’à l’auberge à Wicklow! On parle un peu avec elle, Kim elle s’appelle, nous lui racontons notre journée et lui parlons de notre projet.

Puis nous rentrons à l’auberge, épuisés mais contents! On a réservé une nuit de plus et j’ai dû changer de dortoir. Cette fois je fais la connaissance de deux jeunes polonaises très sympas, puis d’une française dont le mari se retrouve dans le dortoir d’Adree. Dans la nuit se rajouteront deux autres filles à qui je n’aurais même pas l’occasion de parler.

Adree se couchera plus tard et bavardera avec Charlie, un autre français qui  voyageait depuis une semaine en Irlande sur sa moto, et lui dit n’avoir fait que du camping sauvage! Nous nous disons que c’est donc possible…

Le lendemain nous prenons le petit-déjeuner et plions bagages. Nous allons refaire du stop, avec pour objectif d’aller à Cork, à plus de 250 kms de là!

glendalough_4

[nwm_map id= »4″ maptype= »roadmap » zoom= »8,5″ height= »235″ width= »auto »]

 

Je partage sur Google Plus

5 Comments

  1. Super beaux les paysages !! Ca donne le tourni les marches on a l’impression que ca va jamais s’arrêter 🙂

    • Tout à fait ! Bon au bout d’un moment, on est content que ça s’arrête hein…

  2. Ca fait rêver, whaouh!

  3. Vos photos donnent vraiment envie de partir en vadrouille ! Bon voyage !

    • Merci beaucoup ! 🙂

Laisser un commentaire